Les Quatre Vérités - Numéro 0 - Une publication de plus

De Catallaxia


Les Quatre Vérités - Numéro 0 - Une publication de plus
Editorial


Anonyme
Une publication de plus! Pour quoi faire ?


Article paru dans le numéro 0 des Quatre Vérités, revue publiée entre 1974 et 1994 par Michel Drancourt, Yvon Gattaz, Octave Gélinier et Jacques Plassard

Pour répondre aux besoins qu'éprouvent les responsables de disposer d'une information limitée à l'essentiel, mais sûre et objective.

Avec un malaise social général et la crise du pétrole, nous entrons dans LA PERIODE LA PLUS DIFFICILE de l'après-guerre, et il est évident que dans cette passe, les responsables ne peuvent éclairer les décisions qu'ils assument en se fiant aux écrits d'intellectuels contestant à tort et à travers toutes les institutions. Ils ne peuvent pas davantage s'adresser à ceux qu'animent des passions idéologiques, ou simplement l'ambition d'exercer le pouvoir politique.

C'est pourquoi, il nous a paru de notre devoir, à nous quatre qui sommes engagés dans la gestion économique et qui avons déjà eu l'occasion d'écrire et de nous exprimer publiquement, de créer une publication libre et indépendante.

Il faut qu'elle soit BREVE. Il faut donc se borner à l'essentiel et ne pas s'attacher aux anecdotes, ragots et querelles de personnes qui apportent des distractions, plus que des réflexions.

il faut surtout qu'elle soit FIABLE, c'est-à-dire, que la suite des évènements confirme les analyses. A travers, le fatras des tendances contradictoires, il faut dégager celles qui sont importantes, qui se révéleront avoir infléchi les évolutions. Combien d'écrits sur l'actualité supportent la relecture, quelques mois après leur publication ?

La première règle de cette lettre, c'est que ses auteurs se considèrent comme RESPONSABLES des conséquences de ce qu'ils écrivent.

Le niveau de vie et la dignité de l'homme sont aujourd'hui menacés par la généralisation d'attitudes anarchisantes et irresponsables. Le désordre conduit à un ordre autoritaire qui s'impose alors comme une condition de survie. Or, nous n'aimons l'Ordre que dans la mesure où il respecte la Liberté. La sincérité et la générosité des sentiments romantiques mènent trop souvent les peuples à des drames.

Les responsables des entreprises savent, par une expérience concrète et intime, la valeur de la liberté qui épanouit la personnalité, et de la concurrence qui stimule les efforts. Ils sont donc opposés au centralisme étatique dont ils connaissent les conséquences sclérosantes. Mais ils savent aussi la nécessité d'un effort ordonné. C'est donc une société ordonnée et libérale que nous voulons, parce qu'elle est la plus favorable aux développements humains de tous.

Ce combat est conduit discrètement dans les entreprises, il sera prolongé par cette lettre. Vous savez la patience qu'il faut pour construire, c'est pourquoi vous comprendrez que cette lettre n'atteindra pas immédiatement le niveau désirable. C'est par vos critiques, suggestions, et surtout, par VOS CONTRIBUTIONS qu'elle se perfectionnera et qu'elle réunira le vaste réseau de correspondants spécialisés qui est nécessaire.

Face aux mastodontes de la presse, à la puissance de la télévision, ces quatres feuilles ne sont-elles pas ridicules ? Non, car dans le domaine de l'information et de la réflexion, ce n'est 'pas la masse, la quantité qui compte : c'est la qualité. Jacques Maritain prétendait qu'une sorte de loi historique voulait qu'en matière de diffusion de la pensée, les moyens pauvres l'emportent toujours sur les moyens riches. Mais les moyens pauvres supposent des appuis, non fastueux certes, généreux néanmoins, éclairés surtout.

Notre défi, c'est que les responsables d'entreprises sont capables de consacrer autant de temps et d'argent à une information générale sérieuse qu'aux informations strictement professionnelles, à une démarche qui fait appel à la RAISON qu'à des démarches qui font appel aux passions.

wl:Les Quatre Vérités