Ayn Rand:Anthem

De Catallaxia
Ayn Rand
1905-1982
Rand.gif
Auteur minarchiste
Citations
Vous proposez d’établir un ordre social fondé sur le principe suivant: que vous êtes incapables de diriger votre vie personnelle, mais capables de diriger celle des autres; que vous êtes inaptes à vivre librement, mais aptes à devenir des législateurs tout puissants; que vous êtes incapables de gagner votre vie en utilisant votre intelligence, mais capables de juger des hommes politiques et de les désigner à des postes où ils auront tout pouvoir sur des techniques dont vous ignorez tout, des sciences que vous n’avez jamais étudiées, des réalisations dont vous n’avez aucune idée, des industries gigantesques dans lesquelles, selon votre propre aveu, vous seriez incapables d’exercer les fonctions les plus modestes.
« Je n'ai besoin ni de justification ni de sanction pour être ce que je suis. Je suis ma propre justification et ma propre sanction. »
Galaxie liberaux.org
Wikibéral
Articles internes

Liste de tous les articles


Ayn Rand:Anthem
Anthem


Anonyme
Analyse de Patrice Vézine


1937

Il vivait à une époque sinistre dans un temps futur. L'amour était interdit et pourtant il eu l'audace d'aimer la personne de son choix. Dans cette société sans science et sans civilisation, il eu le courage et l'audace de développer son savoir. Pourtant ces crimes ne furent pas ceux qui lui valurent d'être pourchassé. Il fut condamné à mort parce qu'il avait commis un crime impardonnable : il s'était démarqué du troupeau humain en vivant et en pensant seul.

Anthem d'Ayn Rand décrit avec force un des futurs possibles de notre civilisation. Cette vision est quelque peu terrifiante. Le pronom "je" a disparu et est tout simplement remplacé par le pronom "nous". En effet, il est interdit de chercher à se distinguer de son voisin, de penser par soi-même ou d'essayer d'être original. D'ailleurs, les hommes vivent et dorment dans des dortoirs géants afin d'éviter la solitude. L'idée de progrès a disparu de la bouche des hommes qui doivent éradiquer le virus de la liberté. Le plus terrifiant est que ce totalitarisme collectiviste s'est construit avec le consentement de la population qui a abdiqué petit à petit sa liberté.

Cet ouvrage est à rapprocher de l'oeuvre prophétique "1984" de George Orwell. Sa force de persuasion est extraordinaire mais Anthem tient en un peu plus de 100 pages ce qui nous laisse un peu sur notre faim. Les idées et le monde imaginé par l'auteur restent à l'état embryonnaire.

Il est surprenant que cette littérature très connue dans le monde anglo-saxon reste méconnue en France. Pourtant, peut-on réellement être étonnés ?

Extrait de libre-échange



Ayn RAND, Paris, Editions Rive Droite, réédition 2006, 93 pages Fiche de lecture. Patrice VEZINE

Cet hymne à la liberté, écrit en 1938, constitue l'ébauche de ce que seront les discours d'Howard Roark dans "La Source Vive" et de John Galt dans "Atlas Shrugged".

1- Le "meilleur des mondes"?

Le décor d'une cité imaginaire futuriste est brièvement planté par la description de son fonctionnement collectiviste. Un collectivisme poussé au bout de sa logique: un conseil des vocations assigne à chaque entité humaine un travail spécialisé pour le restant de ses jours; les conseils des maisons organisent selon des rituels précis le déroulement de la journée des travailleurs; un palais de l'accouplement impose et planifie les modalités de la reproduction humaine supervisées par le conseil des eugénistes; le conseil des érudits nivelle le progrès scientifique au service du bien commun.....


2- Que suis-je ? Qui suis-je ?

Le personnage principal n'existe pas. Il est nommé Egalité 7-2521 et il n'existe pas plus que les autres habitants de la cité: Union 5-3992, International 4-8818. En fait, son existence est bien réelle mais elle est niée en tant qu'individualité: il n'est rien pour lui même et tout pour ses "frères". Toute différence, toute distinction, toute originalité, toute singularité ont été abolies. Le pronom "JE" a disparu de toutes les bouches, remplacé par le pronom "NOUS". Ainsi, le personnage principal et narrateur, Egalité 7-2521, s'exprime au pluriel et parle de lui au pluriel. Le Palais de la Détention Corrective enferme et torture ceux qui osent s'aventurer sur le terrain interdit de la pensée personnelle avant de les enflammer sur un bûcher.

3- La découverte du "JE"

Une forêt vierge jouxte la cité. C'est là, dans un tunnel secret, à l'abri des regards, seul, qu'Egalité 7-2521 fera fonctionner son esprit et sa raison fondés sur sa soif d'apprendre et sur sa curiosité. Ce tunnel sera le théâtre de petites expériences scientifiques avec du matériel de fortune abandonné et glâné ça et là. Sa découverte, l'électricité, élèvera en lui l'amour de ses "frères" avec lesquels il partagerait volontiers ce progrès, confiant dans la décision du conseil des érudits. Le conseil des érudits, soucieux des intérêts des fabricants de chandelles le condamne à mort. Egalité 7-2521 s'enfuit alors dans la forêt vierge, suivi secrètement par celle qui avait ressuscité en lui la passion amoureuse, Liberté 5-3000 surnommée "la Dorée".

4- le "meilleur des mondes" ou la loi de la jungle?

Cette forêt vierge, dont les contes et légendes nourrissent les peurs des habitants de la cité, représente cette "jungle libérale" souvent opposée à la "civilisation". Le summum de la "civilisation" étant ici la société collectiviste et égalitaire. C'est pourtant dans cette forêt vierge, fuyant la "civilisation" qu'Egalité 7-2521 et "la Dorée" feront une nouvelle découverte: celle de leur Humanité. Armés de leur intelligence, ils apprennent à se protéger des bêtes sauvages, à chasser, à se nourrir, avant de découvrir une maison abandonnée datant d'avant la "Grande Renaissance". Ils décident alors d'en prendre possession et ... de vivre pour eux-mêmes, dans l'amour partagé, mais surtout dans l'amour retrouvé de soi-même.

" Je ne suis ni l'ami ni l'ennemi de mes frères, mais l'un ou l'autre, suivant ce qu'ils méritent. Pour mériter mon amour, mes frères doivent avoir fait plus que se contenter d'être nés. Je n'accorde pas mon amour sans raison, ni à aucun passant se hasardant à le réclamer. J'honore les hommes de mon amour. Mais l'honneur doit se mériter.

Pages correspondant à ce thème sur les projets liberaux.org :

Je choisirai des amis parmi les hommes, mais jamais d'esclave ni de maître. Et je ne choisirai que ceux qui me plairont; à eux je montrerai amour et respect, mais jamais domination ni obéissance. Et nous joindrons nos mains lorsque nous le déciderons, ou marcherons seuls si nous le désirons. Car dans le temple de son esprit, chaque homme est seul. Que chaque homme garde son temple pur et intact. Qu'il joigne ses mains à celles des autres, s'il le désire, mais seulement jusqu'à sa sainte limite. Car le mot "Nous" ne doit jamais être prononcé, sauf par choix personnel et après réflexion. Ce mot ne doit jamais être privilégié dans l'âme d'un homme, ou il devient monstrueux, l'origine de tous les maux sur terre, l'origine de la torture de l'homme par l'homme et d'une innommable duperie."

Ayn Rand nous délivre une vision ontologique du libéralisme: celle de l'Etre, de l'Existence, de son essence. Celle du Droit de l'Homme non collectivisé, démontrant ainsi que le collectivisme est une régression de l'Humanité vers l'état animal. Et de l'état animal vers l'Etat bestial et prédateur, il n'y a qu'un pas.


Accédez d'un seul coup d’œil aux articles consacrés à Ayn Rand sur Catallaxia.
wl:Ayn Rand