Friedrich A. Hayek:Hayek et Myrdal

De Catallaxia
Friedrich A. Hayek
1899-1992
Hayek.gif
Auteur libéral classique
Citations
« La liberté, laissée à chacun d'utiliser les informations dont il dispose ou son environnement pour poursuivre ses propres desseins, est le seul système qui permette d'assurer la mobilisation la plus optimale possible de l'ensemble des connaissances dispersées dans le corps social. »
« Laisser la loi aux mains de gouvernants élus, c'est confier le pot de crème à la garde du chat. »
Galaxie liberaux.org
Wikibéral
Articles internes

Liste de tous les articles


Friedrich A. Hayek:Hayek et Myrdal
Hayek et Myrdal
la route de la servitude ou la route de la liberté ?


Anonyme
Analyse de Jacques Peltier


Introduction

Hayek et Myrdal ont reçu conjointement le prix Nobel d'économie en 1974. Un extrait de l'annonce officielle de l'Académie royale des Sciences nous apprend qu'ils ont commencé leurs recherches en théorie économique pure dans les mêmes champs de spécialisation : la théorie des fluctuations économiques et la théorie monétaire. Par la suite, ils ont tous deux élargi leurs discours théoriques afin d'inclure les phénomènes considérés exogènes par la plupart des économistes. Le prix leur a été décerné en grande partie pour leurs analyses pénétrantes de l'interdépendance des phénomènes économiques, sociaux et institutionnels.

Nous voulons ici tenter de comparer et de choisir rationnellement entre les discours de ces deux prestigieux économistes. Pour ce faire, nous allons présenter une recontruction schématique portant sur les explications des changements aux niveaux économiques, sociaux et institutionnels qui sont apparus dans l'évolution de nos sociétés dites avancées et sur les prédictions touchant leurs futurs possibles.

Nous voyons que pour Hayek, à cause de l'intervention et de la planification étatique, nous sommes passés de l'Etat libéral à l'Etat providence. Cette troisième voie entre le libéralisme et le totalitarisme est pour lui utopique et, si rien n'est changé, nous conduit vers la servitude. Mais un effort de planification de type hayékien peut nous faire retrouver le chemin de la liberté.

Par contre, pour Myrdal, à cause de crises internationales, de facteurs technologiques et du comportement rationnel des agents eux-mêmes, nous nous sommes éloignés progressivement de l'économie libérale. L'intervention étatique n'a fait que créer une certaine justice et une certaine harmonie nous faisant évoluer inconsciemment vers l'Etat providence, ce qui pour lui est un progrès manifeste, malgré ses problèmes évidents. Pour ce qui est de l'avenir, un retour à l'Etat libéral est utopique. Mais par une planification myrdalienne, l'Etat providence peut être rationalisé et simplifié, et nous pouvons espérer arriver à un désengagement de l'Etat, à une décentralisation des décisions, à une véritable démocratie.

Nous allons en premier lieu expliciter ces visions contradictoires des routes de la liberté ou de la servitude. Par la suite, nous tenterons de trouver des critères permettant d'effectuer un choix entre ces deux discours. Partant de l'analyse de certains des concepts clefs employés nous conclurons à l'impossibilité de choisir au seul niveau empirique. Nous dirons donc qu'il existe une incommensurabilité au moins partielle entre ces deux discours, et qu'un choix ne peut se faire qu'en fonction des valeurs et des philosophies sociales sur lesquelles ils reposent. Nous proposerons finalement que nous sommes en présence d'une situation similaire en science économique chaque fois que le choix doit se faire entre des discours provenant de paradigmes ou programmes de recherches différents.

Hayek : la route de la servitude ou la route de la liberté ?

Partant de La Route de la servitude de Hayek, nous reconstruirons le discours théorique suivant :

Le passage de l'Etat libéral à l'Etat providence

Hayek considère que les fondements du libéralisme se retrouvent en particulier dans l'institution des marchés libres qui, théoriquement, permet à tous d'être libres de produire, d'acheter et de vendre tout ce qui peut être produit et vendu, et aux prix déterminés par les forces du marché. Donc tous les efforts de contrôle de prix et de quantités d'un bien en particuler enlèvent à la concurrence son pouvoir de coordination effective et de guide fiable des actions individuelles. Le principe fondamental du libéralisme est donc d'employer, autant que faire se peut, les forces spontanées de la société et le moins possible la coercition.

Il n'y a pas de facteurs objectifs hors de notre contrôle qui rendent inéluctable l'abandon des marchés libres et nécessitent son remplacement par des interventions de l'Etat.

Il est dénué de fondement de croire que la technologie tend à éliminer la concurrence. La conclusion que les avantages de la production de masse doivent inévitablement détruire la concurrence doit aussi être rejetée. L'efficacité des grands établissements n'est pas démontrée. La tendance vers le monopole ne provient pas de facteurs technologiques mais bien de la collusion entre les entreprises, et des politiques gouvernementales la favorisant au lieu de la prohiber.

La tendance à la planification ne résulte pas non plus de faits objectifs car la complexité croissante de l'appareil économique n'exige pas la planification afin d'éviter le chaos ; au contraire le chaos n'est évité que par la concurrence.

L'explication fondamentale de l'abandon des marchés libres provient du mythe rationaliste de la planification et de l'engineering social. Il provient du refus au niveau moral d'accepter les réponses données par le marché aux problèmes économiques fondamentaux de toute société, et de cette fausse croyance que la planification est nécessaire pour éviter le chaos dans nos sociétés devenues si complexes. Ce ne sont donc pas des nécessités objectives, mais des politiques gouvernementales et le mythe de la planification provenant du rationalisme et favorisant l'engineering social qui ont résulté dans la constitution de l'Etat providence.

L'Etat providence, l'impossibilité d'une troisième voie

L'Etat providence est rationalisé par ceux qui le promeuvent comme une troisième voie entre le marché libre et le totalitarisme, mais en fait il n'existe pas de troisième voie. Le socialisme démocratique, cette grande utopie des dernières générations, est impossible. De plus, il produit des effets fondamentalement pervers car on ne peut combiner la concurrence et la planification sans que le système ne cesse d'opérer comme un guide efficace dans l'allocation des ressources.

La tendance croissante dans cet Etat est de toute nécessité de s'appuyer sur la coercition administrative et la discrimination ainsi que la promotion des contrôles directs et la création d'institutions monopolistes. Donc, même si les buts sont louables, les instruments employés pour y arriver sont incompatibles avec une société libre.

Ce socialisme démocratique voulu par l'Etat providence est précaire, instable, et miné par les contradictions internes. Il produit partout des résultats non prévus qui nous font progresser sur la route de la servitude.

La planification de l'utopie ? Vers un renouveau du libéralisme

Il ne s'agit pas pour le libéral d'accepter le système tel qu'il est, la règle du laissez-faire lui est étrangère. Il s'agit de créer délibérément un système où la concurrence fonctionnera d'une façon aussi bénéfique que possible. Pour sortir de cette sorte de servitude, il nous faut planifier un renouveau de l'Etat libéral.

C'est bien de l'engineering social basé sur les principes suivants :

Il faut remplacer la planification en vigueur dans l'Etat providence qui est contre la concurrence et tend à la détruire par une planification de la concurrence qui la rendra effective.

Il faut faire usage le plus possible des forces de la concurrence comme moyen de coordonner les efforts humains et non laisser les choses telles qu'elles sont. Là où la concurrence effective peut être créée, c'est la meilleure façon de guider les efforts individuels.

La planification de l'Etat est aussi nécessaire afin de créer et de soutenir les institutions pré-requises au bon fonctionnement d'un système concurrentiel, entre autres : l'institution de la monnaie, un système d'information que les entreprises privées ne peuvent pas produire complètement, et un ensemble de lois appropriées.

Dans le cas de nécessité de contrôle des externalités telles que les problèmes environnementaux résultant de la pollution croissante, l'Etat doit aussi intervenir afin de trouver un substitut à la régulation par le mécanisme des prix. De plus, il n'y a pas de tabous contre des restrictions aux méthodes de production à condition que ces restrictions affectent tous les producteurs potentiels également et qu'ils ne soient pas employés pour contrôler de façon indirecte les prix et les quantités. Des limites aux heures de travail sont acceptables ainsi qu'un système extensif de services sociaux.

Nous devons donc réaliser que le renouveau du système libéral n'est pas affaire de laissez-faire. Il requiert une transformation de toute la société par une planification étatique créant les institutions nécessaires à la concurrence et proposant des politiques économiques qui lui sont compatibles. Seulement, dans les cas où cela s'avère impossible, d'autres modes de gestion économique sont envisagés.

Ce libéralisme est le système idéal parce qu'il est le seul pouvant gérer efficacement la société tout en soutenant à long terme une véritable démocratie.

Myrdal : la route de la liberté ou la route de la servitude ?

Nous référant à Beyond the Welfare State de Myrdal nous avons reconstruit le discours théorique suivant :

Le passage de l'Etat libéral à l'Etat providence

Pour Myrdal, le marché libre décrit par la théorie libérale est une situation idéalisée qui n'a jamais existé dans sa pureté théorique. Au départ, seul existait un Etat quasi libéral, avec pauvreté de masse, grande rigidité sociale et très grande inégalité des oppotunités. Nous nous sommes éloignés de plus en plus de cette conception théorique et de son incarnation historique à cause de multiples facteurs :

  • des facteurs internationaux tels que les guerres, la grande crise des années trente et la fin du système de l'étalon-or.
  • des facteurs technologiques. Les changements technologiques produisant des économies d'échelles et donc une baisse des coûts de production font en sorte que la grandeur optimale des firmes dans un marché déterminé met en péril les pré-requis de la conception traditionnelle de la concurrence pure.
  • des facteurs de rationalité économique. Nonobstant les changements technologiques, les agents ont trouvé à leur avantage économique de s'unir, de se regrouper avec d'autres pour pouvoir influencer le marché que ce soit au niveau des entreprises ou des travailleurs. Cette rationalité des agents n'est autre que celle postulée par le libéralisme ; elle s'exprime non seulement dans la recherche de collusion mais plus profondément dans le refus d'accepter les solutions données par les forces aveugles du marché.

L'interaction de tous ces facteurs devient un processus cumulatif typique de causalité circulaire si cher à Myrdal et résulte dans la possibilité pour les agents économiques d'influencer les marchés. Nous pouvons dire que les courbes d'offre et de demande ainsi que les prix ont perdu progressivement leurs caractères de conditions données et objectives postulées par la théorie libérale (ce qu'ils n'ont jamais eu totalement dans la réalité) pour devenir des entités politiques.

Dans cette vision l'intervention de l'Etat n'est pas responsable de la fin des marchés libres

L'Etat n'a pas le choix, les changements sont irréversibles. Il n'y a pas de retour possible aux marchés libres. Nous ne pouvons rendre les gens moins rationnels et moins sophistiqués. Un retour vers le libéralisme exigerait une "déséducation" de la population. Etant donné cette impossibilité d'un retour en arrière il n'y a eu qu'une seule solution possible, soit accepter la tendance à l'organisation des marchés et prendre des mesures afin de réguler son cours dans l'intérêt public afin que l'ordre et l'équité soient protégés, ce qui a impliqué historiquement la constitution de l'Etat providence.

L'Etat providence : la possibilité de la troisième voie

Nous faisons face à un système économique où de plus en plus la négociation collective remplace le marché. A la limite tous les prix et les salaires, en fait toutes les courbes d'offre et de demande sont en un sens politiques. Etant donné l'inégalité des rapports de force dans la structure des marchés, les résultats peuvent s'avérer néfastes pour la société tout entière ; l'Etat doit donc agir afin de promouvoir un développement plus acceptable et plus harmonieux dans l'organisation de tous les marchés.

Dans cette vision, les mesures à prendre sont celles de l'intervention de l'Etat et par la suite de la planification.

Le rôle de l'Etat dans ce système en est un d'arbitre des négociations et de contrôle des compromis afin qu'aucun ne puisse indûment exploiter les autres étant donné sa position de pouvoir dans le marché.

L'intervention de l'Etat dans nos pays n'a pas été le résultat d'une décision consciente de planification mais a graduellement précédé la planification. La planification est un développement non planifié et, ironie de l'histoire, a été l'alternative la plus libérale au chaos créé par les interventions non coordonnées et désorganisées de l'Etat.

Planifier veut dire simplifier, coordonner, rationaliser.

Il faut créer une harmonie, mais une harmonie autre que l'harmonie libérale. En fait une harmonie plus grande a été atteinte par l'Etat providence résultant de la coopération et de la négociation collective. C'est une harmonie créée par des interventions et par la coordination de ces interventions ; ce n'est pas l'harmonie naturelle des vieux philosophes et théoriciens libéraux.

Dans ce système la plupart des gens ont de bonnes raisons de se sentir plus libres et non moins libres malgré toutes les règles touchant tous les marchés. Ces règles n'ont pas été édictées par un dictateur mais déterminées démocratiquement. Elles ont en général donné des droits nouveaux à la masse du peuple.

Mais l'Etat providence ne peut continuer dans la même voie d'accumulation d'interventions gouvernementales. Il nous faut planifier une autre utopie.

La planification de l'utopie ? Vers un nouveau libéralisme

Cette utopie a un but réel. Le remplacement de l'intervention de l'Etat.

Dans cette phase, nous arriverons à une diminution graduelle de l'intervention directe de l'Etat en incitant les individus à prendre en mains leurs intérêts propres à l'intérieur des règles déterminées par l'Etat.

L'Etat providence de demain réaliserait un type de société qui dans plusieurs de ses fondements aurait profondément satisfait les premiers philosophes libéraux.

Bien que la planification soit continuellement nécessaire à cause de la croissance du volume des interventions, le but de la planification dans l'Etat providence est de simplifier et de liquider les vieilles interventions et de leur substituer quelques politiques englobantes en laissant à la coopération et à la négociation collective des gens eux-mêmes dans les communautés et les organisations le soin de régler les normes pour vivre ensemble.

Quelle route choisir ? Problématique du choix

Afin de faire ressortir les critères possibles de choix entre ces discours nous examinerons plus précisément certains concepts employés dans les deux, tels que marché, planification, libéralisme, Etat providence, valeurs sociales. Nous verrons qu'ils sont si imprégnés de valeurs différentes d'une vision à l'autre que ces mêmes concepts, en apparence, se définissent différemment au niveau empirique. Si les règles de correspondance empirique sont réellement différentes d'un discours à l'autre, nous sommes en présence d'entités différentes. Si tel est le cas, en fonction des valeurs acceptées par un observateur, ce qui semble être la même évolution historique peut être interprétée de façon à falsifier ou à corroborer l'un ou l'autre des discours. D'où l'impossibilité de choisir au niveau empirique et la nécessité d'avoir recours à des critères non empiriques afin de pouvoir comparer les discours en présence.

Les concepts employés et leurs implications

LE CONCEPT DE MARCHE

Dans la vision hayékienne, le marché a un fondement épistémologique. Le marché est une institution incontournable parce que seule cette institution peut colliger les connaissances éparses nécessaires au comportement rationnel des acteurs. Face au marché, la seule alternative, la planification, ne peut être efficace car elle ne peut recueillir les données requises pour l'évolution rationnelle du système. De plus, tout essai de planification partielle ou décentralisée n'est qu'un pas vers la planification centralisée même si cette évolution n'est pas voulue par les auteurs, et cette planification centralisée est la négation même de la liberté.

Ce marché, qui remplit son rôle épistémologique, est donc une institution qui fait en sorte que les acteurs -- les acheteurs et les vendeurs -- ne peuvent affecter les prix ; ils sont des price takers. Dès que les acheteurs ou les vendeurs sont en collusion, le marché ne peut plus remplir adéquatement son rôle épistémologique et l'évolution rationnelle du système économique est compromise.

Dans la vision myrdalienne, le marché où les acheteurs et les vendeurs n'ont pas d'influence sur les prix n'est qu'un mythe. Dans l'évolution de nos sociétés les agents sont entrés en collusion pour arriver à effectuer un certain contrôle sur les prix.

Dans ces conditions, nous pouvons dire que de toute façon l'offre et la demande ne sont pas des fonctions objectives mais politiques. Elles ne garantissent en aucun cas l'allocation optimale des ressources et une certaine justice dans la répartition de ces mêmes ressources, car les rapports de forces peuvent produire des résultats aléatoires. La rationalité économique ne peut dans ces conditions être rétablie que par l'Etat jouant le rôle d'arbitre et créant une certaine harmonie pour contrer le chaos créé par le marché lui-même.

Donc de quoi parlons-nous lorsque nous parlons de marché ? Du marché myrdalien ou du marché hayékien ? Ce sont deux concepts différents. Pourquoi cette fonction épistémologique du marché telle que vue par Hayek ne se retrouverait-elle pas dans une approximation du libéralisme ? Il faut bien se rappeler que même pour Hayek de multiples interventions étatiques sont requises afin que le marché puisse jouer son rôle. Il faut entre autres des lois d'un certain type. Le marché, même chez Hayek, requiert pour opérer de l'information étatique, des lois qui empêchent la collusion entre les agents, des lois qui empêchent les syndicats de contrôler l'offre de travail dans une entreprise.

LE CONCEPT DE PLANIFICATION

En ce qui a trait à la planification, nous voyons aussi des conceptions différentes.

Pour Hayek, la planification veut habituellement dire le remplacement du marché par un système d'ordres, de régulations, de censures, de coercition qui vont produire une certaine allocation des ressources en fonction d'une philosophie sociale déterminée par l'Etat. La coercition est l'essence même de la planification, même si elle est démocratique ; elle va à l'encontre des droits et des libertés fondamentales des individus. On ne peut maintenir la planification partielle de l'Etat providence ; elle est instable, elle débouche sur le totalitarisme.

Pour Myrdal, la planification ne peut se définir que par la simplification et la rationalisation des interventions étatiques devenues nécessaires à cause des efforts de contrôle du marché par les agents économiques.

La planification n'est pas définie à l'Ouest comme l'a soutenu Hayek. Elle ne vient pas remplacer le marché ni la liberté ; au contraire, elle crée les conditions qui vont permettre au marché contrôlé de remplir son rôle épistémologique ainsi qu'une allocation plus acceptable des ressources en fonction des valeurs d'une société. La planification n'est qu'un autre mot pour simplification et rationalisation des interventions gouvernementales.

Cette planification n'a pas été voulue en soi. Elle résulte des efforts de rationalisation devenus nécessaires à cause des interventions éparses de l'Etat nécessitées par les agents économiques devenus plus rationnels et s'efforçant de contrôler les prix sur les marchés.

Donc deux conceptions différentes de la planification. De quoi parlons-nous lorsque nous parlons de planification ?

Vision hayékienne : une seule planification est valable, c'est celle qui se fait avec le marché, c'est-à-dire celle qui fait en sorte de rétablir la loi du marché lorsque celle-ci a été remise en question par les agents économiques ou par l'Etat. Il va de soi qu'il n'est pas accepté que le marché, pour Hayek, évolue vers le monopole sous l'impulsion d'une nécessité objective : que ce soit l'évolution de la technologie, ou la baisse des coûts de production (les économies d'échelle) résultant des changements technologiques. Quant aux interventions des acteurs il faut les contrer. Pour une fois on ne peut attribuer ces actions à la main invisible. La rationalité de la part des entrepreneurs ou des travailleurs les portant à s'unir doit être arrêtée pour le plus grand bien du système et de la liberté individuelle. Cette planification est tout à fait possible puisqu'aucun facteur objectif ne rend inévitable l'évolution vers un marché contrôlé.

Myrdal considère cette planification vers le libéralisme d'antant, postulant entre autres un marché libre, comme une pure utopie. Une fois achevée l'évolution de la société vers les marchés contrôlés en lieu et place des marchés libres (par exemple le marché du travail par un appareil de négociation) demander un retour en arrière est impossible. L'évolution est surtout venue par un changement de valeurs, une fin aux tabous de la main invisible, un refus de solutions apportées par le marché libre. Les tabous brisés, il n'y a plus de retour en arrière possible. La planification myrdalienne ne détruit pas les marchés contrôlés par les acteurs ; elle ne fait que leur rendre leur potentiel épistémologique tout en faisant évoluer la société vers une plus grande harmonie.

LE VERITABLE LIBERALISME

Pour Hayek, le libéralisme est un système fondé nécessairement sur le marché libre, c'st-à-dire sur un marché où seul le jeu de l'offre et de la demande va déterminer les prix. Cela n'empêche aucunement la société, par certaines poltiques, de faire en sorte qu'un revenu minimal soit donné à tous à condition que les politiques interfèrent le moins possible avec le marché.

Il faut comprendre que ce marché libre est instable. S'il a été le résultat des forces aveugles de l'évolution il ne l'est plus depuis longtemps. Au vingtième siècle ce marché a été remplacé par les interventions de l'Etat. Il nous faut maintenant un retour à des politiques visant à recréer le marché. La planification avec et pour le marché est valable et permet de maximiser les libertés individuelles.

Pour Myrdal, ce retour en arrière est impossible à cause des changements de valeurs. Les agents économiques sont devenus rationnels comme le postulait la théorie économique, et comme résultat le marché tel que postulé par la théorie est tombé. Le libéralisme pourrait peut-être se retrouver dans une société "communiste".

Le véritable libéralisme se retrouvera dans l'avenir lorsque la planification dans le sens d'une rationalisation des interventions gouvernementales aura réussi à le créer. Il répondra aux attentes d'une plus grande justice et d'une plus grande liberté.

L'Etat providence est instable pour Hayek. Il se dirige vers le totalitarisme, évolution historique vue en Allemagne. Il n'y a pas d'arrêt. C'est un des résultats non voulus de la planification.

Pour Myrdal, l'après Etat providence est une tout autre possibilité. Il y a possibilité de se diriger grâce à une planification plus efficace à un Etat véritablement libéral. C'est, comme il le dit, une utopie, mais une utopie qui peut devenir réalité si elle est bien penseé et transformée en politiques économiques qui vont produire, par la décentralisation, une véritable démocratie.

Quelle est la véritable nature de l'Etat providence ? Comment distinguer empiriquement ces concepts différents si imprégnés de théorie ?

LES VALEURS SOCIALES

Dans le discours hayékien, le problème de la survie du marché libre en est un de valeurs sociales qui font en sorte que les résultats du marché libre ne sont pas facilement acceptables moralement. Mais comme ce marché est le fondement de la liberté, s'il y a contradiction entre les résultats du marché et les valeurs sociales, ce sont ces dernières qu'il faut changer : "greed is ok". La recherche de l'intérêt personnel et donc du profit jouent un rôle positif et nécessaire dans notre société.

Les lois promulguées doivent suivent une certaine forme. Elles doivent s'appliquer sans exception et sans savoir au préalable à qui elles vont s'appliquer. Aucune loi discriminatoire (même une discrimination positive) ne doit être acceptée.

Pour Myrdal, le problème de la survie de l'Etat providence en est aussi un des valeurs sociales. Tous dans l'Etat providence se sentent plus libres même s'ils ont plus de contraintes ; mais ces contraintes sont jugées équitables. Le problème fondamental de l'Etat providence est l'inflation qui se produit essentiellement lorsque les agents font des demandes qui dépassent les capacités productives. La solution au problème réside fondamentalement dans le changement des valeurs : grâce à l'éducation, une démocratie plus avancée fera naître un tabou empêchant les agents d'exiger plus que ne peut produire le système. Ce sera la concrétisation encore plus avancée de l'harmonie sociale.

Hayek et Myrdal nous révèlent donc qu'en cas de contradiction entre le système de valeurs des agents et les nécessités de réalisation de la philosophie sociale postulée par les discours, la solution réside non seulement dans le changement du système social mais dans le changement des valeurs des agents. Il faut créer des hommes nouveaux ayant de nouvelles valeurs et de nouveaux comportements. Ces nouvelles valeurs sociales qu'il faut créer sont différentes d'un discours à l'autre.

Conclusion : les possibilités de choix

Nous prétendons avoir démontré que les deux discours en présence font usage de concepts tels que marché, planification, libéralisme, Etat providence, valeurs sociales, qui sont définis différemment de l'un à l'autre. Si tel est le cas, nous ne sommes plus dans le même univers et le test empirique ne peut être que problématique. Les prévisions empiriques ne sont pas comparables.

Comment savoir quelle est la route de la liberté ou la route de la servitude ? Et ne peut-il pas y avoir d'autres mondes possibles au niveau théorique et empirique, d'autres routes de la liberté ou de la servitude ?

D'une façon plus générale, il semble que le choix entre tous les discours en sciences économiques, faisant partie de paradigmes ou de programmes de recherches différents, est aussi soumis aux mêmes problèmes au niveau du test empirique. C'est en ce sens que nous disons incommensurables les différents programmes de recherches en science économique.

La place du test empirique dans ce choix entre les discours n'est jamais déterminante. La théorie empirique est toujours appréciée d'un point de vue instrumentaliste, c'est-à-dire pouvant aider par une politique économique à transformer le monde en fonction des diktats de l'idéologie. Bien que nous ne croyons pas à la possibilité de choix définitif entre les théories à partir de tests empiriques de vérification, ou de falsification, si les prédictions des deux théories empiriques portant sur le même problème sont corroborées, laquelle choisirons-nous ? C'est bien celle qui nous aidera à promouvoir les valeurs ou la philosophie politique que nous partageons.

Si une théorie économique empirique se présente, je puis la refuser si je crois qu'elle est falsifiée, ou tout simplement, si elle n'est pas falsifiée, la déclarer sans intérêt si elle n'a pas de place dans une stratégie de politiques économiques compatibles avec ma philosophie sociale, mon paradigme ou mon programme de recherche. Elle demeure, elle continue sa vie de théorie économique empirique mais inutile pour moi pour la solution de mon problème.

Prenons par exemple la problématique de l'inflation. Il existe plusieurs théorie empiriques dont on peut tirer certaines politiques économiques pour solutionner ce problème. Dans une vision hayékienne, nous allons procéder par la voie monétaire. Selon une certaine interprétation de la théorie quantitative de la monnaie, la politique monétaire doit empêcher les augmentations trop fortes du crédit, et du stock de monnaie en circulation afin de ne pas provoquer l'inflation, considérée comme un phénomène purement monétaire. Certes, nous pouvons tous trouver de nombreuses raisons pour rejeter cette affirmation empirique mais le débat, à ce niveau, ne semble jamais être résolu. Il doit être non concluant.

Myrdal, face aux mêmes réalités empiriques, ne pourra jamais accepter la règle monétaire rigide qu'il a dépassée depuis la fin de l'étalon-or. Il va donc privilégier, comme solution à l'inflation, l'éducation et la démocratie, car la solution ne peut apparaître que lorsque les groupes en présence n'exigeront pas plus que ce que le système peut à tout moment produire. C'est là une vision post-hayékienne, selon laquelle l'inflation est le résultat d'une lutte pour le partage du revenu. Il faut donc essayer d'imposer ou de négocier des politiques de revenus qui deviendront obligatoires. Le projet de Myrdal consiste à faire accepter ces conditions par l'éducation et la démocratie.

Les deux théories peuvent être empiriquement corroborées, mais le choix entre les deux va dépendre de la permissivité de ma philosophie sociale. Je n'accepterai pas une théorie corroborée, si elle va à l'encontre de ma philosophie sociale. Je m'efforcerai de trouver une autre théorie empirique dont les implications de politique économique me permettront de faire progresser ma philosophie sociale.

Mais alors, comment les changements de paradigmes s'opèrent-ils ? On ne le sait pas définitivement, mais avec Kuhn (1972), nous disons qu'un acte de foi est requis, un acte de conversion dans un conception du monde qui nous semble plus adéquate.

Pages correspondant à ce thème sur les projets liberaux.org :

Que pouvons-nous dire sur l'état des possibilités de choix en général en science économique ? Le fait qu'il n'existe pas d'algorithme de choix en science économique a été, à notre avis, rigoureusement démontré par Caldwell (1982).

Si tel est le cas, nous disons qu'en général lorsque les politiques économiques en présence procèdent de théories dites empiriques ayant un même pré-requis de philosophie politique, les concepts employés auront des connotations empiriques similaires et dans ce cas, le choix est possible car les communautés scientifiques en présence pourront peut-être s'entendre sur les critères empiriques et non empiriques à privilégier. Mais lorsque les programmes de recherche sont en opposition au niveau des pré-requis de philosophie politique, les mêmes concepts théoriques employés auront des connotations empiriques différentes et les communautés scientifiques en présence, divisées entre plusieurs paradigmes ou programmes de recherches, ne pourront jamais s'entendre sur le résultat des tests empiriques. Nous sommes normalement, en science économique, dans un contexte d'incommensurabilité à la Feyerabend.

En effet, de façon générale, le choix entre les discours issus de paradigmes ou programmes de recherches différents ne pouvant se faire exclusivement au niveau empirique, il doit prendre en compte des jugements de valeurs, qui ne sont pas seulement méthodologiquement comme le voudrait Blaug (1982), mais qui incluent aussi des jugements de valeurs dérivés de croyances dans des conceptions différentes de philosophie sociale.

Jacques Peltier


Accédez d'un seul coup d’œil aux articles consacrés à Friedrich A. Hayek sur Catallaxia.

wl:Hayek